AnnuairePorno.com
Annuaire Porno

Annuaire Porno

Vidéos et Photos

Rubrique Gay

Humour & Jeux Porno

Histoires érotiques

Forum

Webmasters

Blagues Porno


Le Petit Pierre revient de l'école et demande à son père :
- Papa, j'aurais besoin de tes lumières. Pourrais-tu me parler de la politique ? J'ai un devoir à rendre pour demain.
Après un instant de réflexion, son père lui répond :
- Bien, je pense que la meilleure méthode pour t'expliquer tout cela est de faire une analogie avec notre famille. Je suis le capitalisme car je nourris la famille. Ta mère est le gouvernement car elle contrôle chaque chose.
La bonne est la classe ouvrière car elle travaille pour nous. Toi, tu es le peuple et ton petit frère, c'est la future génération. En espérant que cela puisse t'aider pour ton devoir.
- Merci Papa, dit le Petit Pierre. Je ne comprends pas tout mais je vais y réfléchir.

Dans la nuit, le Petit Pierre est réveillé par les cris de son frère. Il constate que ses couches sont sales. Il se rend dans la chambre de ses parents et essaie de réveiller sa mère sans succès. Il remarque que la place de son père est vide. Il retrouve son père au lit avec la bonne. En désespoir de cause, il retourne se coucher.

Le matin suivant, au petit déjeuner, il dit à son père :
- Papa, je crois que cette nuit, j'ai tout compris à la politique.
- Excellent mon garçon. Et qu'as-tu compris ?
- J'ai appris que le capitalisme baise la classe ouvrière tandis que le gouvernement roupille, ignorant le peuple et laissant la génération future dans la merde.

Note: 3.1/5 (515 votes)

Un couple est marié depuis 20 ans....

Depuis 20 ans, chaque fois qu'ils font l'amour, le mari insiste pour qu'ils le fassent dans le noir total. Depuis 20 ans, la femme trouve ça ridicule et elle décide donc un beau jour de casser cette habitude. Un soir, au beau milieu de leurs ébats, elle allume la lumière.

Elle regarde vers le bas et voit que son mari tient à la main un vibro, doux, merveilleux et plus long qu'un vrai sexe.

- Espèce de salaud ! s'écrie-t-elle. Comment as tu pû me mentir pendant toutes ces années ?

Son mari la regarde droit dans les yeux et lui répond :

- OK, je t'explique pour le jouet et tu m'expliques pour les enfants.

Note: 2.9/5 (383 votes)

Des étudiants en médecine reçoivent leur premier cours d'anatomie avec un vrai corps humain. Ils sont tous réunis autour d'une table d'opération avec le corps recouvert d'un drap blanc. Le professeur leur dit :
- "En médecine, il faut avoir 2 qualités importantes: la première il ne faut être dégoûté de rien."
Là-dessus le prof retire le drap, enfonce un doigt dans l'anus du mort, le retire, puis il suce son doigt.
"Allez faites la même chose que moi !"
Les étudiants après quelques minutes d'hésitation passent chacun leur tour. Ils enfoncent le doigt dans l'anus du mort et sucent leur doigt après l'avoir retiré.
Quand tout le monde a fini le prof les regarde et leur dit :
- "La seconde qualité c'est l'observation. J'ai enfoncé mon majeur et j'ai sucé l'index."

Note: 2.7/5 (332 votes)

Les trois filles d'une famille modeste avaient décidé de se marier le même jour afin d'économiser sur les frais occasionnés par la réception. Elles avaient en outre accepté toutes les trois de passer leur lune de miel à la maison parentale pour ne pas dépenser trop… Après la cérémonie et le repas de mariage, les trois couples reviennent ensemble dans la maison familiale et gagnent chacun leur chambre.
Le lendemain matin, la mère qui, trop anxieuse, n'a pas dormi de la nuit, prépare le petit déjeuner en attendant ses filles avec une certaine impatience. L'aînée se présente la première et la mère lui dit :
- Toi ma grande je t'ai entendu crier dans la nuit.
La jeune femme répond :
- Oui maman, mais tu m'as toujours dit :
- Il faut toujours crier quand on a mal !
- C'est bien vrai, conclue la mère.
La seconde fille arrive bientôt dans la cuisine et sa mère lui dit d'emblée :
- Toi ma douce, je t'ai entendu rire comme une petite folle cette nuit.
Elle réplique alors :
- Oui maman, mais tu m'as toujours répété :
- Il faut toujours rire quand ça chatouille !
- C'est bien vrai, remarque la mère.
La dernière des trois soeurs apparaît enfin dans la cuisine. Sa mère, un peu inquiète, l'accueille avec ces mots :
- Ben que s'est-il passé cette nuit ? Je n'ai pas entendu un seul bruit en provenance de ta chambre…
La benjamine répond :
- Oui maman mais n'est ce pas toi qui m'a toujours recommandé de ne jamais parler la bouche pleine ?

Note: 2.8/5 (353 votes)

Un petit garçon qui rentre chez lui avec une capote à la main, il demande :
- Maman c'est quoi ça?
- Un emballage pour gâteau.
- Alors j'ai bien fait de manger la crème !

Note: 2.7/5 (293 votes)

Fidèle à ses habitudes, une petite vieille assiste à la messe du matin, quand tout à coup le curé dit :
" Que tous ceux qui ont commis le péché d'adultère s'avancent. "
La petite vieille, un tantinet dure d'oreille, demande à son voisin :
" Qu'est-ce que vient de dire monsieur le curé ?"
Ce dernier répond : " Il a dit que tous ceux qui désirent une pastille à la menthe s'avancent. "
La petite vieille, chancelante et s'appuyant sur sa canne, se lève alors avec peine. Le curé lui lance, offusqué :
" Vous ? Madame ? A votre âge, vous n'avez pas honte ? "
Et la petite vieille de rétorquer :
" C'est pas parce que je n'ai plus mes dents que je ne suis pas capable d'en sucer une de temps en temps vous savez !"

Note: 2.8/5 (314 votes)

Deux prostituées discutent :
- qu'est-ce que t'as demandé au Père Noël, toi ?
- Ben, 300 francs, comme tout le monde !

Note: 2.6/5 (271 votes)

Un gars de la ville, sans travail et sans argent, va à la campagne chercher refuge et nourriture le temps que la dêche le lâche un peu. En arrivant à une ferme, où bien sûr il demande abri et de quoi se remplir la panse, un fermier lui prête bonne oreille.
- Je te loge et te nourris, mais tu travailleras pour ta pitance. Autre chose de très important, j'ai deux filles, et si tu touches l'une d'entre elles, tu est mort !
Le gars de la ville accepte. Bien repu, il va dormir à la grange afin d'être frais et dispos pour le lendemain. A la première heure le fermier va le chercher et l'amène aux champs afin qu'il gagne sa pitance.Voyant les chaussures de notre citadin, le fermier n'en revient pas.
- Tu ne pourras jamais travailler avec ce genre de godasses ! Va donc dans la chambre des filles, dans la garde-robe tu trouveras des bottes : mets les et reviens vite.
En arrivant dans la chambre, et voyant les belles à demi vêtues et encore endormies, il ne peut résister et entreprends de bien servir la première des filles. N'ayant reçu pour ainsi dire pas de résistance avec la première, il ose entreprendre la deuxième. Malheur, il y a résistance, elle se met à crier
- Tu ne peux pas faire cela mon père va te tuer.
- Mais non, dit-il, c'est lui qui m'envoie, tu vas voir,…
il va à la fenêtre, l'ouvre et crie
- Hé le père, je les mets toutes les deux ???
Et le père répond :
- Bien sûr, innocent !

Note: 2.6/5 (266 votes)